/
FRAD035_05_4J_22050_02_0079.jpg

FRAD035_05_4J_22050_02_0079.jpg

Datas Gertrude

FIDetude_patrimoine_simple.etude_patrimoine_simple.IA22017535
referenceIA22017535
ida2dcd286-f542-41cf-b4b1-a08e0058987f
titre_courantÉglise saint-Malo, rue de la Boulangerie (Dinan)
type_dossierOeuvreArchitecture
denominationéglise
cadre_etudeenquête thématique régionale
affixe_cadre_etudearchitecture gothique
date_enquete2006
date_bordereau2006
nature_dossierdossier individuel
phaseétudié
adresserue de la Boulangerie
communeDinan
datation_principale4e quart 15e siècle
materiaux_mursgranite ; pierre de taille
Materiauxardoise
protectionclassé MH
date_protection1907/08/01
aire_etudeBretagne
lien_dossierhttp://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/a2dcd286-f542-41cf-b4b1-a08e0058987f
lien_imagehttp://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/img/48a54b19-73df-4daf-9b60-b5dc3aadbcd4
date_modif2020-11-17
date_publication2020-11-17
auteur_dossierRioult Jean-Jacques
commentaire_descriptifPlan et ordonnance intérieureSelon les comptes de fabrique aujourd'hui disparus, qui ont été étudiés par l'historien dinannais Mathurin Monier, les parties basses du chœur furent très rapidement édifiées, puisqu'elles étaient achevées dès la fin de l'année 1490. Le parti de plan choisi est donc bien antérieur à l'envoi du maître maçon en Normandie. L’ampleur de l’édifice, dont le chœur est long de 25 m et large de 20, la conception remarquable de ce chœur à trois chapelles rayonnantes précédées d'une file de chapelles, qui s'apparente à celui d'une cathédrale, se comprend aisément compte tenu de l'exceptionnelle prospérité de la ville à cette époque, la troisième du duché par ordre d'importance, et du haut rang et des ambitions politiques du commanditaire direct, Jean II de Rohan. Si ce parti de plan a pu par exemple être inspiré par celui du chœur de Tréguier édifié dans les premières années du XVe siècle, ou celui du Mont-Saint-Michel reconstruit à partir du milieu du XVe siècle, il s'en distingue néanmoins sous plusieurs aspects. A la différence de Tréguier, où les chapelles rayonnantes se résument à leur seule absidiole, les absides des chapelles rayonnantes de Dinan sont précédées d'une travée qui fait saillir à l’extérieur la masse du chevet. L’emploi des voûtes n'est pas moins remarquable. Les voûtes à croisées d'ogives des collatéraux et du déambulatoire, dont les nervures viennent rentrer directement dans les piles cylindriques du sanctuaire, sont comme prolongées latéralement dans les chapelles latérales des travées droites par des voûtes transversales en berceau brisé, nervurées à l'imitation des croisées d'ogives. Cette solution inédite est sans doute ici liée à une recherche de stabilité : les berceaux transversaux jouant plus que des voûtes d'ogives un rôle de contrebutement. La mention dans les comptes de fabrique d'une couverture provisoire en chaume installée sur le chœur de l'église dès la fin de l'année 1490, signifie sans doute qu'à cette date seul le premier niveau du chœur, c'est à dire les grandes arcades et la couronne de chapelles sont édifiées. L'envoi en 1505 du maître d'œuvre Guillaume Juhel à Coutances pour prendre modèle sur l'église paroissiale Saint-Pierre alors en cours de construction, pourrait expliquer le choix qui fut adopté pour les parties hautes de l'édifice. Ainsi, au lieu de l'habituelle élévation à trois niveaux, grandes arcades, triforium et fenêtres hautes, employée jusqu'au XVe siècle en Bretagne dans la plupart des grandes églises, le choix d'une élévation à deux niveaux avec passage en contrebas des fenêtres hautes s'est imposé ici. Cette formule très répandue danormands entre le XIIIe et le XVe siècle, s'e XVe siècle, fut employée dès .Toutefois, si l'emprunt du principe au modèle normand est peu contestable, le traitement de l'élévation demeure fidèle à la tradition bretonne. Au lieu du garde-corps continu qui interrompt à la manière d'un bandeau la scansion des travées des nefs normandes, le constructeur breton adopte un rythme segmenté qui réserve l'ajourage du garde-corps à la largeur des fenêtres hautes et privilégie ainsi une lecture verticale. Le dessin du garde-corps lui-même, une suite d'arcatures à trilobes et écoinçons évidés, à l'opposé des tracés compliqués du flamboyant, reprend un modèle vieux de plus d'un siècle, largement employé au XVe siècle dans les triforiums bretons. Enfin, pour éviter l'emploi d'un mur épais, l’architecte reprend une solution introduite dès le XIIIe siècle dans la nef de Dol, celle du recours à des séries d'arcs qui retombent sur des corbeaux de pierre.Les bras de transept, dépourvus de chapelles orientées ou de collatéraux, présentent par rapport au vaisseau central du chœur un important décrochement en hauteur, parti qui se retrouve à Saint-Sauveur. L'absence de tout contrebutement à l'extérieur y reflète l'emploi, à l'intérieur, d'un lambris de bois imitant des voûtes d'ogives. Ce choix de faire cohabiter vraies et fausses voûtes, reprenant une vieille habitude des constructeurs bretons, s'explique aussi sans doute ici par un souci d'économie. Au-delà de la première chapelle sud, une portion de mur aveugle correspond à la sacristie dont l'entrée est marquée par une porte en arc brisé à accolade et fleuron. Au-dessus, une fenêtre à croisée donnant sur le chœur intrigue : cette baie intérieure correspond à une pièce située à l'étage, desservie par un escalier séparé dont l'accès se trouve situé immédiatement après la porte de la sacristie. Cette pièce pourvue d'un accès indépendant, d'une élégante cheminée et éclairée au sud par une grande vitre à réseau flamboyant (restaurée au XIXe siècle), devait être couverte par une fausse voûte lambrissée en bois reposant sur des tas de charges en pierre. Le soin de mise en œuvre de cette pièce, son confort ainsi que sa fenêtre regardant vers le maître-autel incitent fortement à y voir un oratoire seigneurial conçu pour Jean II de Rohan, fondateur et « patron » de l’église, qui put servir ensuite pour les réunions du conseil de fabrique. La plupart des chapelles du chœur ont conservé un riche mobilier d'attache en granite sculpté : des retables à fortes moulures assortis de leurs niches crédences, parfois aussi accompagnés d'enfeus en arcade, comme dans la 4e chapelle nord, attestent leur affectation privilégiée à différentes familles de la noblesse.Ordonnance extérieure Il faut pour juger l'extérieur de l'édifice au regard du projet originel faire abstraction de l'aspect actuel de la nef qui résulte complètement de sa reconstruction au XIXe siècle. Les deux premières travées du front sud du chœur ainsi que les travées droites du front nord montrent une suite continue de pignons dont les amorces sont élégamment détachées des contreforts par des carrés évidés en croix de Saint- André. Ces ajours qui s'apparentent à une fausse coursière, authentiques sur les deux travées du front méridional, ont été restitués à l'identique sur le front nord lors des travaux de restauration du chœur vers 1970. Du côté sud, au niveau des troisième et quatrième travées, le volume de la sacristie et de l'oratoire seigneurial modifie la silhouette du chevet en venant s'interposer comme un faux transept, et met l'accent selon la mode bretonne, sur le front sud de l'édifice. De graciles pinacles, plaqués contre les faces antérieures des contreforts ou fichés à leur sommet, des crochets en choux frisés, des fleurons largement épanouis qui ponctuent les gâbles des pignons, refouillés et ajourés, jouent avec la lumière et composent un décor élégant de grande qualité. La couronne des chapelles rayonnantes dont les absidioles à pans sont surmontées de gâbles aigus confère au chevet un impact monumental unique. L'emploi de ces absides à pans et gâbles aigus, traditionnellement attribué à l'atelier Beaumanoir qui œuvre dans l'ouest du Trégor vers 1500, appartient plus largement à des recherches structurelles et formelles qui se manifestent en basse Bretagne à la charnière du XVe et du XVIe siècle. Ce choix du chevet polygonal est particulièrement représenté parmi les constructions édifiées dans les terres des Rohan à la fin du XVe siècle et se trouve par exemple dans le grand sanctuaire de pèlerinage de Notre-Dame de Quelven dès 1485-90, ou sur le chevet de la chapelle Notre-Dame de Bon-Encontre à Rohan, autre fondation de Jean II de Rohan, datée de 1510. L'imposante composition du chevet de Saint-Malo de Dinan surpasse toutes les réalisations bretonnes antérieures, et malgré l'inachèvement des parties hautes, en particulier visible dans l'absence de garde-corps au sommet des murs du vaisseau central du chœur, la force de la conception et la grande qualité du décor sont très sensibles.(Jean-Jacques Rioult. enquête thématique régionale architecture gothique, 2008)
commentaire_historiqueL’ancienne église fondée au XIe siècle et dépendant d’un prieuré de l’abbaye de Marmoutiers était située hors les murs jusqu’en 1487, date à laquelle le duc François II en ordonne la destruction pour la sécurité de la ville. Son titre est transféré intra muros à une nouvelle construction, bâtie ex nihilo. Après la défaite de 1488 et le passage de la ville au parti français, le chantier de la nouvelle église débute en 1490 avec l’appui du nouveau gouverneur, Jean II de Rohan. Ce très puissant personnage, époux de Marie de Bretagne, fille cadette de François II, qui ambitionne pour son compte personnel la couronne ducale, favorise pour servir ses intérêts le rapprochement avec la France. Cet habile politique, qui est aussi un grand bâtisseur, utilise volontiers, en plus de l'image de marque conférée par ses somptueuses résidences, celle de nombreuses fondations religieuses et parsème de constructions prestigieuses l'ensemble des ses possessions. A la faveur de cette haute protection, et des dons multiples des principales familles nobles et bourgeoises de Dinan, les travaux avancent rapidement puisqu'en 1491 on protège ce qui est construit du chœur à l'aide d'une couverture en chaume. En 1505, les bourgeois de la ville envoient le maître maçon visiter le chantier de Saint-Pierre de Coutances, dont la construction avait débuté en 1494. A la fin du XVIe siècle, le chœur est complètement achevé ainsi que la croisée du transept. Dans la foulée, les bras de transept sont édifiés, conçus sans voûtes et achevés vers 1620. Dans son Itinéraire de Bretagne, en 1636, Du Buisson-Aubenay décrit l’église Saint-Malo comme un « beau et très grand vaisseau de belle pierre tout achevé jusques aux voûtes et comble qui est de bois ; et dont ceux de Rohan y sont fondateurs, y ayant leurs armes par tout es piliers et vitres, qui sont de sept macles d'or en champ de gueules, mi-parties de Bretagne ».(Jean-Jacques Rioult. enquête thématique régionale architecture gothique, 2008)
search_idetude_patrimoine_simple.IA22017535
geomPOINT (327149.21400000004 6829087.8404)
domaineARCHITECTURE RELIGIEUSE
datation_min1475
datation_max1499
milieu_implantationen ville
code_insee22050
Coordonnées GPS48.454804188646,-2.0460838131643
LG_stats_files0
LG_stats_size0
LG_stats_server_size0